prier dans la rue - Eric Pechin - Lucas Banovic

Lucas Banovic : mon témoignage

J’ai grandi dans une famille merveilleuse. Nous étions trois frères, élevés seulement par notre mère qui s’est démenée pour que nous ne manquions jamais de rien. je suis heureux d’avoir grandi à ses côtés. Néanmoins, le vide causé par l’absence de père a constitué un grand manque. J’ai tenté de me construire comme je le pouvais. Mais, à l’adolescence, j’ai rapidement voulu emprunter la vie comme la plupart des jeunes le font aujourd’hui. Avec ce sentiment de toujours vouloir prouver quelque chose, faire plus que les autres pour recevoir de la reconnaissance. Jusqu’au jour où je me suis engagé à l’Armée car je n’arrivais pas à trouver un but à ma vie.

Un jour, je suis parti en opération extérieure pendant 4 mois. Là, j’ai malheureusement expérimenté un déchirement total et je me suis senti littéralement esclave d’une personne qui profitait de son autorité pour m’humilier et me briser. Dès mon retour en France, j’ai essayé de combler cette brèche en moi car j’étais angoissé, stressé. J’ai commencé à m’adonner aux festivités, le tout arrosé avec des produits comme la cocaïne et d’autres drogues. Je me suis mis à voler et j’ai commencé à mal tourner. Je pensais même organiser un braquage ! Mais ce jour-là, j’ai finalement décidé de lever mon regard vers le ciel pour crier à l’aide à Dieu et lui dire combien j’en avais assez…« Si tu existes et que tu es vraiment Dieu, je suis prêt à tout arrêter. Si seulement tu m’enlèves de ce cauchemar, je m’abandonnerai à toi pour vivre selon tes voies ». A dire vrai, je n’avais pas réalisé la portée de mes mots.

Réponse :

C’est seulement deux semaines plus tard que quelque chose s’est produit : j’ai rencontré une femme avec qui j’en suis venu à parler de Dieu, et elle m’a invité à me rendre dans un hôtel où son père témoignait.

Depuis ce soir-là ma vie a changé du tout au tout : j’ai accepté Jésus comme Sauveur et Seigneur. Le lendemain, que vous le croyiez ou non, j’ai été libéré de tout ce qui m’oppressait (y compris de mes addictions). Depuis, un amour m’envahit chaque jour et je ne peux m’empêcher de le partager.